Christiane Guymer

Née en France, à Paris, 1927

1948 Étudie le stylisme haute-couture, Ecole Guerre-Lavigne. 

Mariée en 1950 avec le peintre anglais Peter Guymer, Christiane Guymer devient assistante de presse au Service Français de la BBC à Londres.

Elle part ensuite aux Etats-Unis et travaille à la librairie Française de New-York, au Rockfeller Center.

En 1953 Christiane retourne en France.
Puis de 1954 a 1988 elle organise des conférences internationales dans le cadre d’un organisme économique international, dans plusieurs parties du monde ; puis est chargée d'un service d’information et de dissémination des résultats de la recherche économique vers des pays d’Afrique, du Moyen-Orient, d’Asie et d’Amérique latine.

En 1964 Christiane Guymer contribue au n°4 bis de UR, seconde série de la revue lettriste de Maurice Lemaître

Elle collabore ensuite en 1967 aux travaux de l’anthropologue Alfred Métraux sur les religions indiennes d’Amérique du Sud.

Puis elle participe en 1968 à l’exposition de la première salle lettriste, musée d’Art moderne de la ville de Paris.

En 1973 elle participe au Premier Salon de la Lettre et du Signe, organisée par Maurice Lemaître, sur la terrasse du palais de Tokyo.

Onze ans plus tard elle réalise le film ciselant lettriste :
Le Témoin ou la Timide Espérance (The Witness or the Timid Hope, english version), qui souligne l’éthique novatrice du lettrisme et le monde du silence des médias, en particulier français, pendant plus de 50 ans, à son égard. Film présenté à la cinémathèque créatrice de Maurice Lemaître projection au thème : Femme, Création, Cinéma.

Vint ensuite la création d’un nouveau flacon de parfum lettriste en 1988., et d’un nouveau parfum «Anacruse » sur le tableau de Maurice Lemaître Parfum-autoportrait imaginaire de ma sœur Christiane qu’il réalise spécialement pour son exposition sur « Le Parfum et L’Olfactique – le jardin parfumé ».

C'est en 2002 que Christiane donne sa participation au « film ouvert » de Maurice Lemaître Nos Stars, œuvre qui est une invitation aux femmes qui agissent dans l’univers actuel du cinéma novateur.

Puis en 2005 elle participe à la séance de synoinéme La Nuit des L’(Ascars), au festival Côté Cour (Pantin).

Une séance ouverte de cinéma total, sur et hors-écran, avec la participation des spectateurs, de Maurice Lemaître.